9th Stone from the Sun

« Transformer » sur la platine. Une calèche passe devant les fenêtres,  dépôts de particules fines autour des aérations, le ciel bleu s’assombrit, un vent se lève, le cerveau procède au nettoyage global, commence à tourner en rond.

Parfois hébété dans le souvenir de jeunes étés, la mort de Johnny Halliday, la souillure du pouvoir. Une trouée de soleil est presque suffisante, après la nuit de rêves hypnotiques.

En Europe Centrale, ivre par mégarde dans une cave gothique, cette fille aux cheveux courts me prend dans sa bouche, sur fond de musique techno et d’ampoules nues rouge sang. Une fille, un rêve ou bien autre chose, une créature ? Au matin je n’étais plus sûr de rien.

Mais voilà  l’été : les corps s’ébattent en rangs sur les plages, peaux brulées s’exposent côte à côte, offertes aux rayons du soleil, os et graisse à l’air libre, juste quelques bouts de tissu, quelques morceaux d’étoffe. Dès le matin irradiés.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s