Horus 2072

 

Horus 2072

Nos cités miroitent des informations propagées par le système.
Perception délibérément altérée de l’ensemble.

L’oiseau est plus vieux que les machines et le diamant : il a déjà tout vu de toute l’histoire. Horus, préhistorique volaille, Psycho Chicken connecté.

Sa conscience écran sous nos yeux blanchis, plus seulement nos yeux mais ceux du groupe. La mutation reste engagée, oubli forcé comme une donnée virale.

Nostalgie intégrée au système d’exploitation. La non-intervention précède tout, unique action parfaite, seul principe encore vierge.

Des sons émis sapent les fondations, des mots pour faire tomber la digue. Devenir fantôme, image de nos ombres, de lointains échos.

La nuit s’étend à mesure que l’oiseau s’immobilise, s’arme et se reconstitue du silence, ralentit la course et tord le rythme.

Ne subsistent que séquences à bas bruit pour préserver le système. Retour aux premiers temps : repos antique des constituants élémentaires.

Un Dieu Poulet veille encore sur nous, pauvres brutes. Nous cherchons le salut dans les machines. Elles nous survivront dans le manque et l’abandon.

Tours scintillantes, pures surfaces de projection, reflets dilatés : rouges sang, nous filons notre propre ruine dans l’attente d’une réinitialisation.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s